• L'été des faucons émerillons

    publié 30/11/2017

    2017, l’été des faucons émerillons (photos: Guy Fitzgerald)

    En 2017, 129 faucons émerillons ont été recueillis. Récupérés aux quatre coins du Québec (13 régions) par des agents de protection de la faune ainsi que des bénévoles pour être transportés à Saint-Hyacinthe, 63% étaient des fauconneaux de l’année, dont 11% en duvet.

    Il s'agissait de notre année record pour cette espèce. La population du faucon émerillon est en croissance et on peut le constater par l'évolution du nombre d'individus que nous recevons à l'UQROP depuis 30 ans :

    La plupart des jeunes incapables de voler sont trouvés au sol (tombés du nid par témérité ou par le vent) et pris pour des orphelins. D’autres à leur apprentissage de vol ou des adultes en chasse se frappent dans les fenêtres ou sur des fils électriques. Mais en 2017 les faucons émerillons auront été particulièrement affectés par le virus du Nil occidental. Des 48 individus testés pour cette maladie par le Centre québécois sur la santé des animaux sauvages (CQSAS), 38 étaient positifs (79%).

    Lorsque l’occasion se présente, on peut faire une mise au taquet avec des jeunes en santé et du même âge. Nous le faisons depuis quelques années sur le toit d’un bâtiment de la Faculté de médecine vétérinaire à Saint-Hyacinthe. Cette année, nous avons aussi expérimenté la technique avec succès dans une bleuetière de Saint-Jude.

     

    Pour d’autres individus, nous avions tellement d’oiseaux à entraîner au vol dans le complexe de réhabilitation de Chouette à voir! que nous avons utilisé la grande volière de 100 pi. X 30 pi. X 22pi.! À un moment donné, nous y avions une vingtaine de faucons émerillons qui virevoltaient dans tous les sens. Le défi a été de les rattraper! Nous avons dû utiliser un grand filet japonais pour y arriver.

    Finalement, si nous connaissons un nid actif, nous pouvons aussi déposer le jeune fauconneau dans l’arbre de ce nid et espérer que les parents les adopteront. C’est ce que nous avions fait en 2008 avec une jeune femelle faucon émerillon et nous avons reçu des nouvelles d’elle en octobre 2017 grâce à sa bague. Malheureusement, il est mort frappé par une voiture à Côteau-du-Lac, mais il aura vécu 9 ans en liberté!

    Bref, sur les 105 faucons émerillons admis vivants à l’UQROP (24 sont arrivés morts), 38 ont été remis en liberté et 7 sont encore en traitement.

     


    Retourner aux actualités